• Le 08 avril 2022 de 14:00 à 18:00
    Campus Tertre
    Château du Tertre Salle 104 Chemin de la Censive du Tertre 44300 Nantes
    false false
  • 14H
  • Plan d'accès

Régis GUET, doctorant en histoire ancienne, sous la direction d'Isabelle PIMOUGUET-PEDARROS, à Nantes Université - CRHIA, vous invite à sa soutenance de thèse sur le thème :

Chars à faux, éléphants, cataphractes et dromadaires dans les guerres hellénistiques.

Approche militaire, sociale et culturelle


Résumé :

Durant les guerres des Diadoques (323-281 av. J.-C.), deux troupes montées caractéristiques des armées asiatiques sont déployées sur les champs de bataille : les éléphants de guerre, d’origine indienne, et les chars à faux, d’origine perse. Les premiers connaissent un grand succès durant le IIIe siècle av. J.-C., particulièrement dans les royaumes séleucide et lagide. L’intérêt des rois hellénistiques pour les seconds est plus limité puisque seuls les Séleucides et le roi Mithridate VI du Pont les ont utilisés. À l’articulation des IIIe-IIe siècles av. J.-C., deux autres troupes montées de l’Asie, dont l’usage demeure peu, voire pas attesté avant l’époque hellénistique, apparaissent dans les rangs de l’armée d’Antiochos III : les cavaliers cataphractes, d’origine incertaine, et les guerriers montés à dos de dromadaires, d’origine arabe. De manière générale, l’emploi de ces troupes a fait l’objet d’un jugement dépréciatif dans l’historiographie, notamment sur le plan tactique. De ce fait, les historiens ont souvent réduit cette ouverture culturelle à des aspects symboliques, voire considéré celle-ci comme une preuve de l’incompétence militaire des successeurs d’Alexandre. Ces conclusions, largement influencées par le point de vue des historiens et tacticiens de l’Empire romain sur ces troupes, ne résistent pas à l’étude approfondie de ces dernières. L’emploi des chars à faux, des éléphants, des cavaliers cataphractes et des dromadaires montés, de la fin du IVe au Ier siècle av. J.-C., témoigne au contraire de l’intelligence politique et de la capacité d’innovation militaire des souverains hellénistiques.

Directeur de thèse : Isabelle Pimougue-Pedarros
Membres du jury :

  • Claire Balandier - Université d'Avignon
  • Christophe Chandezon - Université Paul Valery - Montpellier 3
  • Jean-Christophe Couvenhes - Université Paris Sorbonne
  • Pierre Schneider - Université d'Artois
  • Jérôme Wilgaux - Nantes Université