https://www.crhia.fr/medias/photo/wp-lettres-philo-appel-com_1625824649368-jpg
  • Du 09 juillet 2021 au 15 septembre 2021
    false false
  • Journée d'études qui se tiendra le 14 octobre 2021, à La Rochelle Université

Dans le cadre du programme scientifique Asie/Pacifique-Amériques (APA), le CRHIA et le D2iA organisent une journée d’études sur la dynamique des échanges et l’espace littoral au sein du Pacific Rim qui relie l’Amérique à l’Asie/Pacifique.

En effet, l’Océan Pacifique occupe une place centrale dans une zone appelée The Pacific Rim qui s’étend sur les zones littorales des deux côtés de cet océan ainsi que sur celles de l’Océanie. Ainsi, l’Océan Pacifique relie deux des principales façades pacifiques mondiales : la façade occidentale de l’Amérique du Nord (Colombie Britannique, état de Washington, Oregon, Californie et Mexique), de l’Amérique centrale (Guatemala, Salvador, Nicaragua, Costa Rica et Panama) et de l’Amérique du Sud (Colombie, Équateur, Pérou et Chili) à la façade de l’Asie Orientale (de la Corée du Sud à Singapour et à l’ensemble indo-malaisien). De plus, cet océan intègre également les îles de l’Océanie : depuis l’Australie jusqu’à l’île de Pâques, en passant par la Polynésie française et Hawaii.

Cet espace qui s’arc-boute autour de l’Océan Pacifique constitue un espace important tant au plan commercial (environ 25 % du commerce mondial), géopolitique (aspirations à jouer le rôle d’une thalassocratie de la part de plusieurs puissances) que culturel (migrations, cultures en mouvement d’un espace à l’autre).

Dans une approche résolument interdisciplinaire, nous invitons plus particulièrement les communications s’intéressant aux objets de recherche suivants :

  1. L’histoire des échanges entre l’Asie, l’Océanie et les Amériques (du XVIIe à nos jours) : en partant du commerce du thé, de la migration des coolies chinois (leur rôle dans la construction de chemins de fer transpacifiques en Amérique du Nord, dans les plantations en Amérique du Sud), à l’installation et à l’adaptation de migrants japonais au Brésil.
  2. Le rôle actif joué par les communautés asiatiques dans les échanges culturels, économiques et politiques des deux côtés du Pacifique et en Océanie. Par exemple, comment les communautés chinoises favorisent-elles ou non le soft power chinois ? Comment l’importance croissante de leur balcon sur le Pacifique contribue-t-elle à redéfinir le positionnement géopolitique de certaines puissantes (par exemple, le rôle de la Californie dans le basculement pacifique des Etats-Unis, idem pour la région de Vancouver pour le Canada ou encore le port de Darwin en Australie) ? Bref dans quelle mesure des zones littorales peuvent-elles renforcer la prédominance de certains pays dans la zone, et consolider leurs aspirations à devenir des thalassocraties ?
  3. L’influence croissante de la Chine en Amérique latine et en Océanie, en particulier autour de son approvisionnement en ressources naturelles. Le « pivot » stratégique opéré par les Etats-Unis vers le Pacifique et son désintéressement pour le continent américain semble avoir été saisi comme une opportunité par la République Populaire de Chine pour accroître son partenariat économique et commercial, présenté sous le jour d’une relation « Sud-Sud », avec des pays émergents.
  4. Le libre-échange, les mécanismes d’intégration régionale et la compétition entre les états. Afin de contrecarrer le poids du MERCOSUR et de l’Union des Nations du Sud (UNASUR), quatre pays latino- américains qui représentent plus du tiers du PIB latino-américain (le Chili, le Pérou, la Colombie et le Mexique) ont fondé une communauté économique baptisée l’Alliance du Pacifique qui vise à établir une zone de libre-échange se projetant sur la zone Asie - Pacifique. Parallèlement, après l’abandon du projet de  Traité de  libre-échange transpacifique (TPP), promu par les Etats-Unis sous la Présidence de Barack Obama, les dix états de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Indonésie, Thaïlande, Singapour, Malaisie, Philippines, Vietnam, Birmanie, Cambodge, Laos et Brunei) viennent de signer avec la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l’Australie et la Nouvelle-Zélande un accord de partenariat régional économique global (RCEP) visant à créer une vaste zone de libre-échange. Il conviendra, par conséquent de s’interroger sur les mutations du démantèlement des obstacles au commerce dans le Pacific Rim alors que la crise mondiale de la Covid 19 est assimilée à un processus de « dé-globalisation ». Dans ce contexte, les équilibres internationaux hérités de la fin de la Guerre Froide doivent également être révisés.

Vous êtes invités à envoyer vos propositions (400 mots, français, anglais ou espagnol), ainsi qu’une courte biographie, avant le 1er septembre 2021, aux organisateurs de cette journée d’études :

Martine Raibaud :     martine.raibaud@univ-lr.fr

Sebastian Urioste:      sebastian.urioste@univ-lr.fr


Comité scientifique :

  • Laurent Vidal, professeur des universités (La Rochelle Université, CRHIA)
  • Martine Raibaud, maître de conférences (La Rochelle Université, D2iA)
  • David Waterman, professeur des universités (La Rochelle Université, D2iA)
  • Danièle André, maître de conférences (La Rochelle Université, CRHIA)
  • James Trombley, maître de conférences (La Rochelle Université, CRHIA)
  • Sebastian Urioste, enseignant-chercheur (La Rochelle Université, CRHIA)

Les réponses seront communiquées le 15 septembre 2021.

La journée d’études aura lieu le 14 octobre 2021, à La Rochelle Université.

Partenaires

  • La Rochelle Université, France
  • CRHIA (Centre de recherches en histoire internationale et atlantique)
  • D2iA (Equipe Dynamiques, interactions et interculturalité en Asie)
  • Faculté des Lettres, Langues, Arts et Sciences Humaines