https://www.crhia.fr/medias/photo/csm-soutenance-the-se-2-aaf2ab4f75_1602659730416-png
  • Le 07 décembre 2020 de 14:00 à 23:59
    Campus Tertre
    false false
  • 14h00
  • Plan d'accès

Roseline Amenan KOUAME, doctorante en histoire contemporaine sous la direction de Michel CATALA, soutiendra sa thèse le lundi 7 décembre 2020, à 14h.

Cette thèse porte sur les mercenaires dans les guerres au Congo-Zaïre. Leur présence est signalée dès la proclamation de la sécession Katangaises. Afin de faire face à la riposte de l’armée nationale, le Katanga recrute des mercenaires. En janvier 1963, ils sont chassés par les casques bleus. Mais en 1964, ils sont de retour. Leur présence devient incontournable dans les conflits armés au Congo-Zaïre. Les nombreux écrits privilégient l’image d’un Congo simple réceptacle de mercenaires. Cette thèse se propose de mettre en lumière les causes de la pérennité d’un phénomène décrié et combattu mais qui continue de se signaler.

Répondre à cette préoccupation nous a conduits à Paris, en Belgique, en Suisse dans les centres d’archives diplomatiques et militaires. La presse et quelques mercenaires, livrent de précieuses informations à travers leurs écrits et mémoires. Dans un premier point, nous présentons les causes qui expliquent l’utilisation des mercenaires au Congo. Une présence qui se consolide entre 1964 et 1967. Chassés de nouveau, ils sont de retour à la faveur de la première guerre du Congo (1996-1997). Cette analyse montre que l’action des mercenaires nait et se développe sur plusieurs foyers de conflits armés. Les guerres civiles constituent la raisons majeures de la présence mercenaire. Autour de celle-ci gravitent les intérêts économiques et financiers étrangers. Au Congo, les richesses minières sont de puissants motivateurs depuis 1960. Les commanditaires des actions mercenaires, sont conduits par le désir de préserver leurs intérêts dans le pays.

Directeur de thèse : Michel CATALA
Membres du jury :

  • François GAULME - IFRI Paris
  • Walter Bruyes-Ostells - Sciences Po Aix
  • Aka KOUAME - MCF - Université de Cocody - Abidjan - Côté d'Ivoire
  • Guessan KOUADIO - PR - Université de Cocody - Abidjan - Côté d'Ivoire


English version

This thesis carries the mercenaries in the wars in Congo-Zaire. Their presence was signaled as soon as the Katangese secession was proclaimed. In order to cope with the response of the national army, Katanga is recruiting mercenaries. In January 1963, they were chased away by the peacekeepers. But in 1964, they are back. Their presence becomes unavoidable in the armed conflicts in Congo-Zaire. The many writings favor the image of a Congo as a mere receptacle for mercenaries. This thesis aims to shed light on the causes of the sustainability of a phenomenon decried and fought against but which continues to stand out.

Responding to this concern has taken us to Paris, Belgium, Switzerland, to diplomatic and military archive centers. The press and some mercenaries, deliver valuable information through their writings and memoirs. First, we present the causes behind the use of mercenaries in the Congo. A presence that was consolidated between 1964 and 1967. Hunted again, they are back thanks to the first Congo war (1996-1997). This analysis shows that the action of the mercenaries arises and develops in several hotbeds of armed conflict. Civil wars are the major reasons for the mercenary presence. Around it gravitate foreign economic and financial interests. In Congo, mineral wealth has been a powerful motivator since 1960. Sponsors of mercenary actions are driven by the desire to preserve their interests in the country.