option_actu
 
Identifiant : Mot de passe :
Connexion
à l'espace partagé
Mot de passe oublié ?
           


 
 
 
 
 
 






Soutenance de thèse de Lamine MANSARE

Le 20 Octobre 2017 à 13:00

Axe 2 : RIVALITES ET ACCOMMODEMENTS : RELATIONS INTERNATIONALES, DIPLOMATIE ET GUERRE

Lamine MANSARE, doctorant en histoire contemporaine en cotutelle avec l'Université de Kindia (Guinée) sous la direction de Bernard SALVAING, Professeur émérite d'histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes) et Seydou MAGASSOUBA, MCF à l'Université de Kindia, soutiendra sa thèse sur le thème :

Histoire des Mandingues au Fouta Djallon du 18ème au 19ème siècles :

alliances et conflits, acculturation et survie identitaire

Résumé :

Pour des mobiles économiques et de sécurité, le Fouta-Djallon, une région montagneuse de la Guinée a connu la migration des Mandingues et des Peuls. L’occupation du territoire par les Mandingues se manifeste par les toponymes désignant  les cours d’eau, et les noms de villages. Il existe également des noms propres de personnes, d’animaux, de choses et certaines expressions empruntées par les Mandingues ou par les Peuls. Mandingues et Peuls musulmans ont créé l’État théocratique du Fouta-Djallon dirigé par la famille Barry de Timbo. C’est pourquoi, les Mandingues ont occupé une place primordiale dans la structure et dans le fonctionnement politico-administratif dudit État et surtout de la province de Fodé Hadyi qui leur a été attribuée par les Peuls. Cependant, cette province fut complètement morcelée par les Almamys de Timbo créant ainsi des frustrations au sein de la communauté mandingue. Cette frustration entraîna la naissance d’une dissidence hubbu sous la direction d’Alfa Mamadou Djuhè. Les Mandingues ont joué un rôle déterminant pour le rayonnement de l’État théocratique du Fouta-Djallon dans le domaine de l’agriculture, de l’artisanat, de la chasse, de la pêche et des échanges. Ces activités, devenues une source de revenu, sont pratiquées aujourd’hui par toutes les populations mandingues et peules de la région. Ils ont également contribué dans la diffusion et la consolidation de l’Islam  au Fouta et dans les régions voisines. C’est pour cette raison que la religion musulmane a influencé toutes les activités politiques, économiques et socioculturelles du Fouta. Malgré cette domination de l’Islam, les musulmans ont gardé, dans leurs pratiques quotidiennes, les croyances ancestrales mandingues notamment le culte des ancêtres, la divination, l’utilisation de la magie.

Jury :

  • Josette RIVALLAIN, Musée National d'Histoire Naturelle
  • Bertrand HIRSCH, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Henri MEDARD, Université Aix-Marseille
  • Jean SCHMITZ, IMAF

Lieu : Université de Nantes - Campus Tertre - Bâtiment Censive - salle C248 - Chemin de la Censive du Tertre - 44312 Nantes
Partenaire : ED Sociétés, Temps, Territoires (Université Bretagne Loire)
Contact : Lamine MANSARE : lamine.mansare@yahoo.fr