option_actu
 
Usuario : Contraseña :
Acceso
a la intranet
¿Olvidó su contraseña?
           


 
 
 
 
 
 






Soutenance de thèse de Chantal Aravaca

El 17 de Enero 2014 a las 14:00

Axe 1 : HOMMES, BIENS ET SAVOIRS EN CIRCULATIONS : INTERCONNEXIONS ET RECONFIGURATIONS

Chantal Aravaca, doctorante en histoire moderne, soutiendra sa thèse le 17 janvier sur le thème :

« Construire la cité céleste dans la cité terrestre à Nantes au 17ème siècle : fondations de la réforme catholique et transformation de l’environnement urbain et artistique » .

Sous la direction de Guy Saupin, Professeur d'histoire moderne au CRHIA-Nantes et d'Hélène Rousteau-Chambon, Professeur d'histoire de l'art.

Résumé :

La plupart des villes françaises connaissent au 17ème siècle une multiplication des établissements religieux, souvent qualifiée d'invasion conventuelle. Ces fondations sont majoritairement le fait d'ordres ou de congrégations nés ou réformés aux 16ème et 17ème siècles et issus de la ferveur qui résulte de la tenue  du concile de Trente. Elles entraînent la construction de couvents, de monastères et de nouvelles églises et supposent une augmentation considérable de l'activité édilitaire, qui ne peut être sans conséquence. On attribue généralement aux ordres et congrégations fondés ou réformés après le concile de Trente la diffusion de nouvelles pratiques en matière d'architecture religieuse. De même, ce grand nombre de fondations et de constructions, s'accompagne de l'élaboration, par les ordres religieux, de normes visant à assurer la conformité des bâtiments aux spécificités de leur mode de vie. L'étude des couvents nantais apporte des jalons pour l'histoire des pratiques architecturales de congrégations ou d'ordres religieux encore peu étudiés. Le choix d'une ville, comme terrain d'investigation, permet d'appréhender la diversité des fondations tridentines : minimes, capucins, récollets, oratoriens, carmélites, calvairiennes, ursulines, visitandines, jésuites, pénitentes, darnes de la retraite, darnes carolines. Ces établissements sont envisagés comme les éléments d’un réseau de relations, et non pour eux-mêmes. Un tel angle d'approche met en évidence la capacité des ordres religieux à  créer et faire circuler, en leur sein comme à l'extérieur, les formes architecturales et iconographiques adaptées à leur mode et de vie et à leur spiritualité.


Lieu : Campus Lettres - Bâtiment Tertre - Salle du Conseil
Partenaire : Université de Nantes
Contact : Chantal Aravaca : chantal.aravaca@etu.univ-nantes.fr